Qu'est-ce que le Yoga ?

C'est la grande question. Pratique, vis, sois Le Yoga et tu auras ta propre réponse ! Pour moi, le yoga est l’union avec l’infini ... 

... Le Yoga est la voie dans l’éternité de l'instant présent.

                         « Animate gift for my Yoga Teacher Valentina » © Dessin Teresa Ferraro, PhD, Mai 2012                                                                                                                                                                                     

animate vale

                                                    

Définition

Le Yoga a une signification propre à chacun une fois qu’on commence à s’y baigner. La tradition en effet nous montre que le mot sanscrit « yoga » a de nombreuses significations.

A la base, yoga est dérivé de la racine sanscrite YUJ- qui signifie ‘unir’ ou ‘mettre ensemble’. C’est dans les Upanishads, doctrines brahmaniques ésotériques rattachées aux Veda, que l’on trouve les racines du yoga classique, tel qu’il a été décrit par Patanjali (personnage légendaire de l'Inde classique, entre le IIe siècle av. J.C. et le IIe siècle après J.C. Voir cet extrait de mon mémoire pour l'obtension du diplôme fédéral de professuer de yoga au sein de YOGA SUISSE, Berne, en mars 2014).

Notamment, le terme « yoga » apparaît la première fois dans la Katha Upanishad (Katha-Upanishad II.3.11) où il se réfère au contrôle et la maîtrise des sens et de la cessation de l'activité mentale conduisant à un état suprême de méditation et de contemplation. A ce moment historique il n’y a pas encore de trace de pratique posturale puisque les Upanishad évoquent les principes d’immobilité méditative et de concentration sur le souffle connu comme prana.

Le yoga prendra la signification de révélation et de méthode initiatique d'unification et s'élargira au cours des siècles pour désigner toute discipline spirituelle ayant pour but la réunion, la jonction de la conscience limitée et de la conscience absolue. Il se présentera comme l’étude des Principes Universels, comme une connaissance intuitive, c’est-à-dire immédiate, s’opposant en cela à la connaissance discursive et médiate de l’ordre rationnel (Le Hatha-Yoga, Hubert Risch, Paris, 1950, p.15). De nombreuses définitions existent dans la tradition et les yogi contemporains n’hésitent pas à définir le yoga à leur tour. T.K.V. Desikachar propose par exemple dans The Heart of Yoga, developing a personal practice (éd Thomson Press, 1995, p.5) : « to attain what was previously unattainable », soit « atteindre ce qui auparavant était inaccessible ». Cela permet au commun des mortels de se représenter le chemin du yoga de façon réaliste.

 

 Le yoga dans l’histoire

Il n'existe pas de date attestée pour les origines de la conception du yoga. Les dates proposées varient du Ve au IIIe millénaire avant notre ère. Plus précisément, dans la Bhagavad Gita ("Chant du Bienheureux", Ve – IIe siècle av. J.C. Voir cet extrait de mon mémoire) le yoga se présente sous forme de trois voies spécifiques à suivre pour atteindre le but ultime d’union avec l’absolu. Et ces trois possibles chemins sont appelés « les Margas ». Il s’agit, comme indique littéralement le terme sanscrit marga, d’une « piste d’antilope », une voie, un chemin. En premier, il y a la voie du service et de l’action désintéressée connue comme le Karma Yoga. Ensuite la deuxième voie est celle de la connaissance transcendante et de la discrimination avec le Jñana Yoga qui nous apprend à distinguer entre ce qui est réel et ce qui est illusoire. Finalement, il y a la troisième voie qui est celle de la dévotion, de l’adoration et de l’amour sans conditions appelée Bhakti Yoga. Il faut bien comprendre qu'il n'y a pas de limites clairement définies entre ces différentes voies, et toutes empruntent les pratiques et la philosophie des autres. Tous les chemins ont le même objectif et foulent le même terrain. Ce sont des vues différentes du même sujet : le Yoga.

A partir du sens ancien que l’on trouve dans les Upanishad et les Veda, le sens du terme s’élargit et le yoga devient une méthode, une recette, quel que soit le champ de son application. Dans le cadre de la tradition hindoue, purement intellectuelle et essentiellement métaphysique, il y a une multitude de points de vue. Surtout, ce sont des conduites psychologiques, morales, spirituelles, religieuses qui, de préférence, se voient qualifiées de yoga jusqu’au point d’en faire un Darshan ou Darshana (du sanscrit « vue, vision ») sans affecter en rien son unité. Darshana est un terme religieux indien qui signifie donc « point de vue » mais aussi « vision du divin » ou « être en présence de la divinité ». Dans la philosophie hindoue, on en retrouve six. Six systèmes philosophiques appelés darshana. Le Yoga Darshana tient une place de choix parmi ces six grandes voies de connaissance, et sera précisément connu comme Patanjala Yoga, ou le Yoga Darshan de Patanjali. Pour ce qui concerne les autres cinq darshana, on retrouve la logique du Nyaya, l’atomisme du Vaisheshika, le fortement dualiste Samkhya qui vise à équilibrer corps et esprit ou âme et matière pour sortir de la souffrance, le mystique et herméneutique Mimamsa et finalement la conclusion logique du rituel védique, le Vedanta, qui reste le courant dominant après le moyen-âge (Alexandre Astier, L’hindouisme, éd. Eyrolles 2011, p. 149-156).

C'est pendant l’époque classique - entre le IIe siècle av. J.C. et le IIe siècle après J.C. - que Patanjali codifie la philosophie du yoga en rédigeant les «Yoga Sutra», synthèse de toutes les théories existantes indépendantes de tous les systèmes religieux. Il est le seul à donner la primauté à la pratique sur la théorie et, plus que les autres, il met en valeur l'expérience et insiste sur la nécessité de l'engagement physique personnel. Il nous donne les clefs pour répondre à la question « Comment je fonctionne ? » et soulève l’importance de la gestion de l’appareil psychique pour atteindre la cessation de toute souffrance et donc la libération (kaivalya). En outre, c'est l'unique système capable de réconcilier science et métaphysique, philosophie et recherche expérimentale du réel. Les Sutra deviendront un ensemble d'exercices psychiques et corporels s’orientant vers l'obtention d'un bien spirituel qui constituent le yoga par excellence et qui sera connu comme la voie royale ou le Râja Yoga (Râjan veut dire « roi »). Le Râja Yoga ressemble à l'art royal des alchimistes occidentaux. La comparaison est d'autant plus valable que le yoga est aussi une alchimie, puisqu'il se propose de transmuer l'individu afin de lui permettre de sortir du monde phénoménal, de quitter la multiplicité existentielle pour atteindre l'Unité essentielle et se fondre en elle.

Le yoga ce n’est rien d’autre que caresser cette Unité dans l’instant présent, par l’attention, par la présence et par la pleine conscience. Dans l’instant présent, il y a tout : il y a moi, il y a toi, il y a soi, il y a le monde des formes (la matière), il y a l’illusion (maya), il y a tout l’Univers … il y a tout simplement la vie. Par conséquent le Yoga est l’Union avec la Vie. Le yoga s’ouvre à la connaissance de l’être humain par la fenêtre de l’expérience. Le yoga ouvre la porte de « Chez Soi » et donne accès à la divinité en soi. Le yoga est «être Un avec le Divin », soit qu’on l’appelle Dieu, Allah, Shiva, Ishvara, Jésus, etc… ou la source puissante d’énergie qui est plus grande que tout. Quand on se sent en harmonie avec cette source, cela est le yoga… quand on se sent lié au reste du monde tel un seul être avec toute la création, cela est le yoga.

 

 Le yoga aujourd’hui

L’évolution du yoga aujourd’hui est très liée à sa transmission en Occident et se développe grâce à un héritage pluriséculaire d’échanges marqués par la colonisation et par la rencontre de l’Occident avec la lignée de T. Krishnamacharya, soit par ses fils T.K.V. Desikachar et T.K. Sribhashyam, soit par ses élèves illustres B.K.S. Iyengar et Patabhi Joïs.

Le yoga est à la base une tradition avec de nombreuses variétés différentes de pratiques physiques et spirituelles basées sur le développement d'une intense auto-étude individuelle pour accomplir un certain degré d'union entre l'autonomie individuelle et la totalité de la conscience vaste. Ceci peut être un chemin très dur et très difficile qui demande beaucoup de rigueur, de constance, d’autodiscipline et de grande motivation, et cet aspect n’intéresse pas forcément tout le monde. En Occident la différence entre pratiques physiques et spirituelles est nette et bien séparée au point qu’on parle en général de Hatha Yoga, compris comme yoga physique. Le Raja Yoga, compris comme yoga spirituel ou mental, marque cette division structurelle qui reste constante un peu partout. Dans la tradition indienne, le yoga est une pratique religieuse ascétique qui suppose un grand effort sur soi. En se diffusant en Occident, il est devenu une technique de relaxation et un art du bien-être très prisé, basé souvent sur l’importance de continuer à cultiver l’image et à travailler le corps pour qu’il soit à la fois performant et détendu, prêt à répondre à la logique de production et de consommation. La culture occidentale, de plus en plus familiarisée et sensibilisée aux avantages des techniques holistiques, a fait du yoga une "gymnastique exotique" très à la mode, liée au bien-être du corps physique et mental. Toutefois, soit en Occident que en Orient, même parmi les enseignants et les formateurs, rares sont les pratiquants de la doctrine spirituelle originaire du yoga, les fameux Yogi ou Yogini, « les chercheurs de vérité » ou « chercheurs de la voie », proprement en sanscrit « sadhaka ». Ils ne sont pas tous dévoués à la voie et pour la plupart ils surfent sur la vague de ce phénomène devenu commercial, lié à un potentiel lucratif énorme. Même en Inde beaucoup d’ashram et de guru sont apparus un peu partout, dispensant des certificats de « Teacher training course » (cours pour enseignants sur quelques semaines ou quelques mois). En Europe et aux Etats-Unis, on constate l’ouverture de nombreux cours et de nombreuses écoles reliées à des Fédérations avec protocole occidentalisé. Le summum de la réadaptation du yoga à la culture occidentale est représenté par le « World Yoga Championship », organisé par la fédération américaine de yoga (USA Yoga Federation) qui se déroule à Los Angeles depuis 1989 et qui met en "compétition" (concept illogique pour la tradition yogique) des gymnastes du monde entier.

 

 

valentina col