Yogathérapie

Je suis thérapeute agréée ASCA (Fondation suisse pour les médecines complémentaires), N°RCC J427462, dans les méthodes thérapeutiques suivantes : le hatha yoga, la relaxation et la respiration. Diplômée de l'Ecole Supérieure de Yogathérapie de Lausanne (E.S.Y. d'Héléna Volet) et de Yoga Suisse de Berne, j'ai baigné dans le yoga depuis ma tendre enfance (comme vous pouvez lire dans ma biographie). Ma vision de la yogathérapie s'inscrit dans un parcours de longue date au cours duquel j'ai acquis diverses techniques de développement personnel pour la plupart issues de la doctrine holistique orientale et par la psychothérapie occidentale. J'ai aujourd'hui la possibilité de les mettre au service de la relation d'aide. Parmi ces techniques : la visualisation, la sophrologie, la relaxation par l'hypnose, par la respiration contrôlée et par la méditation. Un must dans mon cabinet : la gestion naturelle de la fertilité qui permet d'inclure toute la dimension de la féminité dans la pratique de la yogathérapie. 

Valentina 2014 25-53 

Les séances de yogathérapie sont des séances individuelles.

Elle se déroulent au cabinet Vitalitis de Lausanne. Pour les tarifs, voir la page Prestations

 

Qu'est-ce que la yogathérapie ?

 

Il y aurait plusieurs manières de définir la yogathérapie. J'y dédie même ma thèse de doctorat pour comprendre sa nature profonde et son impact sur notre culture médicale contemporaine. Je fais très attention à qu'elle ne soit pas une réduction du yoga, mais plutôt une manière d'adapter le yoga aux parcours de développement personnel que de plus en plus intéréssent les hommes et les femmes de cet occident en quête de spiritualité. Je la pratique autant dans mes cours collectifs que dans mes séances privées, il s'agit d'un accompagnement individualisé employant différentes techniques issues du yoga, plus particulièrement du Hatha Yoga, du Pranayama, du Karma Yoga ... La yogathérapie permet de restaurer l’équilibre dans sa vie, tant physique que psychique.

 

Vous êtes unique ! Dans le cadre de ces séances individuelles, il s'agit de répondre à vos besoins : problème de sommeil, anxiété, stress chronique, troubles digestifs, douleurs ostéo-articulaires, mal de dos... L'objectif de la yogathérapie est de mobiliser l'énergie vitale pour retrouver naturellement le chemin de la pleine santé. Le travail sur le corps est en relation étroite avec nos émotions et nos pensées. Mobiliser le corps en conscience permet de retrouver notre voie intérieure, celle de l'écoute de soi et de nos aspirations profondes, pour parvenir progressivement à une meilleure harmonie dans notre vie.

 

Du point de vue thérapeutique, le yoga est un excellent complément à d’autres sports, comme la natation, ou d’autres médecines comme l’acupuncture, la phytothérapie, l’ayurveda. De plus, par son action régénératrice profonde, il limite les dégâts dus à l’avancement de l’âge.

 

Une alliance de trois techniques

Comme j'ai publié sur le site Vitalitis.ch, la yogathérapie s'appuie sur trois principaux outils thérapeutiques : des postures issues du Hatha Yoga, des techniques respiratoires et la relaxation. Ces techniques sont reconnues par l'ASCA.

 

* Le Hatha-Yoga

Le Hatha-Yoga est issu de la tradition philosophique indienne. En occident, cette discipline vise à réaliser l'unification de l'être humain dans ses aspects physiques, psychiques, émotionnels et spirituels.

La pratique du Hatha-Yoga permet de rééquilibrer les facultés physiologiques, mentales et émotionnelles. Il s'agit à la fois d'une méthode d'harmonisation et de développement du potentiel du pratiquant ainsi que d'une thérapie pour soigner les problématiques reliées au stress négatif et aux troubles digestifs, ostéo-articulaires, respiratoires et neurologiques.

Le Hatha-Yoga augmente de manière considérable la qualité de vie et pose les conditions optimales pour garder la santé.

 

* La relaxation 

C'est l'une des méthodes les plus efficaces pour réduire le stress et la fatigue physique, émotionnelle et mentale. Ses bienfaits permettent de redonner goût et plaisir à la vie. Sa pratique régulière améliore l'humeur, facilite le sommeil, augmente la concentration et la confiance en soi.

Du point de vue thérapeutique, la relaxation est utilisée pour traiter toutes sortes de douleurs physiques, de tensions musculaires ou de problématiques comportementales ou dépressives. Elle est accompagnée par la respiration calme, lente et douce pour arriver à atteindre un état de bien-être total et de santé optimale.

 

* La respiration

C'est la base de notre existence. Elle se fait de manière naturelle et automatique. Malheureusement, on n'y prête pas suffisamment attention, et pourtant ! Une bonne respiration, pratiquée de manière consciente, est garante d'un bon état de santé. Elle contribue à mieux gérer le rythme de la vie moderne, à apaiser le corps et l'esprit, particulièrement en cas d’hyperactivité, de confusion, d’inquiétude ou de peur. Elle se pratique de manière profonde et abdominale pour permettre la libération des mémoires cellulaires, des pensées limitatives et des émotions réprimées. La pratique de la respiration consciente favorise le lâchez-prise et l'acceptation.

 

Ma vision personnelle

 

Ma proposition en yoga-thérapie est une synthèse de plusieurs formations riches et variées, pour devenir professeure de yoga et yogathérapeute. Je me suis notamment intéressée au yoga des énergies comme "technicienne des chakras". En 2009-2011, j’ai suivi la formation de Martin Brofman (Brofman Foundation for the Advancement of Healing). Sa méthode du Système du Corps Miroir poster brofman fut une merveilleuse découverte, une base incroyable pour ma spécialisation car c’est ici que j’ai pu entrevoir la guérison comme « l’ouverture à la possibilité de rétablir la santé ». Au cours de cette formation, j'ai pu compendre que toutes pathologies sont des messagers de la conscience profonde qui nous indique quel comportement, quelle attitude ou quelle cause interne vient nous mettre en déséquilibre.  Même en cas de pathologie lourde, il y a possibilité de guérison. Personnellement, je ne suis pas fataliste et j'ai confiance en la merveilleuse intelligence de la nature. Ce n’est pas toujours facile d'en comprendre la complexité, très souvent elle nous dépasse. Pourtant cela ne veut pas dire que la maladie arrive par hasard… qu’elle est pure fatalité ! 

 

Grâce à la méthode Brofman, j’ai appris à remettre en équilibre le champ magnétique du corps humain, à le ressentir sous mes mains et à comprendre le délicat équilibre psychodynamique des énergies. J’ai appris à faire une charte des chakras personnalisée et à utiliser ce qu’on appelle aussi « le nettoyage de l’aura », technique que j’ai retrouvée avec bonheur pendant mes cours à l'E.S.Y. Cet outil s’avère très puissant et se base sur des techniques tantriques de toucher énergétique.

 

Dans mes cours de Psycho-soma, j’ai pu approfondir les théories ancestrales de la sophrologie, et cela m’a convaincue encore davantage de la nécessité de considérer la personne dans tout son être. J’ai ainsi appris comment appréhender une pathologie sur plusieurs niveaux, de manière holistique: psychique, psychologique, comportemental, culturel, nutritionnel, postural… L’approche holistique de la santé, et par conséquent de la maladie, sort définitivement du modèle classique de « séparation », dans lequel le problème d’un organe reste le problème de ce seul organe. Lorsqu’il y a un signal d’alarme par une pathologie, tout l’organisme est sollicité et mis en garde. Tout est interconnecté.

 

La Yogathérapie cherche et traite la ou les causes d’une maladie pour faire disparaître « par reflet » le symptôme. Pour les causes mécaniques et biologiques, cette discipline vient en complément de la médecine occidentale allopatique, experte dans le diagnostique basé sur une techonologie pointue. Autrement dit par une métaphore : imaginons le corps humain comme une voiture. Quand il n’y a plus d’essence ou d’huile, il y a des indicateurs qui appellent l’attention du conducteur. L’approche holistique va recharger l'essence ou l’huile pour que l’indicateur s’éteigne. L’approche séparative, encore appliquée dans la majorité des cas par la médicine classique, va vouloir traiter le symptôme en enlevant l’indicateur (si l’indicateur était une ampoule, on enlève l’ampoule!). L’approche holistique permet de s’occuper avec plus d’intelligence de la voiture pour qu'elle roule mieux et surtout plus longtemps !

Ceci-dit, je suis de plus en plus convaincue que la yogathérapie est une médecine complémentaire à la médecine occidentale. Souvent, elle ne peut pas agire en cas de maladies aigües, mais seulement dans la phase chronique.

 

En résumé, mon approche à la thérapie est basée sur une alliance thérapeutique qui englobe les aspects suivants : la relation d’aide, mes connaissances et mes compétences de professeur de Hatha Yoga et Yoga des énergies, et le travail avec les états modifiés de conscience par le biais de la relaxation et de la visualisation.

 

Une rencontre exceptionnelle

J’ai eu la chance et l’honneur de rencontrer à Toulouse en février 2014 le Dr Bernard Auriol, un médecin psychiatre et psychothérapeute français qui a créé le terme Yogathérapie en 1970. Ses travaux, qui sont une véritable source d'inspiration, prennent racines dans la psychanalyse classique occidentale, combinée avec de nombreuses alternatives parfois en opposition de la médecine classique comme le Yoga.

Bernard Auriol a suivi une formation en théologie et philosophie avant d'entreprendre des études de médecine. Se spécialisant en psychiatrie, il a présenté en 1970 une thèse médicale sur la Yogathérapie de Groupe. Il a complété cette formation académique par de nombreuses autres formations : rêve éveillé psychanalytique, psychodrame triadique, techniques de groupes, formation didactique en training autogène, Audio-Psycho-Phonologie, Rebirth, Psychanalyse... Enfin, formation au Hatha Yoga et aux techniques de Méditation. Quel parcours !

Il est un des acteurs principaux de ma recherche scientifique sur la yogathérapie (voir mon doctorat ès Sciences de la vie).

 

 Différentes techniques au service d'une relation d'aide

 

Valentina 2014 25-46La yogathérapie fait appel à différentes techniques telles que la relaxation en savasana (la pose du cadavre, symboliquement pose de la mort consciente), les nombreuses postures (asana), la répétition intériorisée de phonèmes vibratoires comme les mantras, les respirations et l’orientation du souffle (pranayama), les diverses formes de visualisation, contemplation et méditation (dharana et dhyana), le respect de certaines prescriptions hygiéniques (kriya), la valorisation de règles de vie qui paraissent parfois paradoxales comme la non-compétition, non-violence, lâcher-prise.

 

Mon engagement dans cet art magnifique depuis nombreuses années m'a amenée à me remettre en question plusieurs fois, à aller chercher des preuves de sa validité dans d’autres branches holistiques. J’ai touché et approfondi différentes méthodes thérapeutiques, notamment la psychothérapie, la sexotherapie, la naturopathie et le magnétisme.

Ces méthodes peuvent s'utiliser dans le cadre d'un enseignement individuel ou de groupe. Dans cette dernière hypothèse le professeur doit individualiser son enseignement et gérer les phénomènes de dynamique de groupe.

Je vous invite également à visiter ma page Sexologie où j'explique mon approche psycho-sexo-corporelle, permettant le rétablissement de la confiance en son corps, en soi et en la possibilité d’améliorer la qualité de sa vie. Yoga et sexologie font bon ménage, car se réconcilier avec sa propre corporalité représente l’objectif primordial des postures dans une yogathérapie. Il est en effet très important de travailler avec le ressenti, de développer sa sensibilité et d’apprendre son langage. C’est passionnant !  

Cette réconciliation passe souvent aussi par l’explication de la symbolique des postures proposées. Il est en effet fondamental de laisser toujours partir les participants avec des outils qu'ils pourront s'approprier pour construire leur autonomie physique, émotionnelle et spirituelle une fois hors du « laboratoire » thérapeutique.

Je me réfère principalement à mon expérience personnelle de transformation constante de moi-même. A mon avis, seul le vrai et sincère travail sur soi permet l’accès à la relation d’aide et à une réelle empathie avec la personne qui demande un traitement thérapeutique, quel qu’il soit. 

Dans la relation d’aide les mots d’ordre sont : écoute, compréhension et respect. Tout cela passe de manière incontournable à travers la communication, l’expression corporelle et le débriefing à la fin de chaque séance et au début de la séance suivante. Il s’agit d’un travail délicat et subtil qui peut durer plusieurs mois ou plusieurs années et qui varie constamment d'un participant à l'autre.

En ce qui concerne la puissance du travail avec les états modifiés de conscience, il est important de la part du thérapeute de comprendre jusqu’oú la personne est prête à aller et jusqu’à quel point il peut l’accompagner. Car il s’agit d’un accompagnement tout court !

Le travail intrapsychique va éventuellement ou même inévitablement s’étendre aux problèmes de la petite enfance. Il est très précieux et peut amener très loin dans l’analyse des comportements d’aujourd’hui et dans la compréhension de certaines anomalies relationnelles qui peuvent perturber la vie de la personne. Lorsqu'elle décide de se laisser porter dans ce voyage merveilleux mais parfois douloureux, le résultat est le retour à la pleine santé : Mens sana in corpore sanoun esprit sain dans un corps sain!

  

Mon expérience de guérison

 

Mon expérience personnelle dans la Yogathérapie a commencée très tôt, dès l’âge de 4 ans, lorsque mon système osseux a commencé à manifester les signes d’un développement asymétrique, et lorsque ma prononciation bizarre voire inexistante des R inquiétait mes parents.

Née d’un père enseignant de yoga et pranathérapeute, et d’une mère convertie au yoga par son mari dont elle suivait les cours avant leur mariage, j’ai eu la chance de bénéficier très tôt des bienfait de la yogathérapie. Petite, j'ai effectuée ma croissance avec un valgisme très prononcé des membres inférieurs, vulgairement dit « les jambes en X », et quelques soucis de logopédie. La pratique constante de Virasana (la posture du héros) – prise 10 minutes, 3 fois par jour, assise sur un coussin, les pieds écartés vers l’extérieur – a permis de réorienter ma croissance, rétablissant l’équilibre articulaire et réajustant l’écartement de mes pieds.

 

Je conserve le doux souvenir de mon père qui s’occupait de moi, me chantant des mantras pour atténuer le côté douloureux de cette posture qui aujourd’hui est devenue facile et agréable. Elle fermait mon bassin et tirait dans les nerfs internes des jambes. Mes genoux pleuraient. Mon père avait refusé de me faire porter des chaussures orthopédiques qui à l’époque étaient utilisées dans les cas comme le mien. Ma mère me dit aujourd’hui qu’il n’acceptait pas de me voir marcher comme si j’étais handicapée des jambes. 

 

Cette expérience montre que lorsqu'elles sont prises à temps pendant la croissance, certaines pathologies peuvent disparaître à jamais. Aujourd’hui, je parle cinq langues couramment et mes jambes sont deux belles et solides colonnes. Merci le Yoga !

 

Mal de dos ? Précautions d'usage

 

Le mal de dos est un problème courant. Faire du yoga pour remédier aux pathologies de l’appareil locomoteur est une approche récente que la médecine moderne est en train d’adopter pour travailler au renforcement des muscles dits érecteurs de la colonne : abdominaux et dorsaux. En cas de mal de dos, il est important de limiter tous les exercices qui impliquent un écrasement des vertèbres.

La prudence reste de mise. 

le dos 683x1024

 

En tant que professeur de yoga et yogathérapeute, je recommande d'établir en premier lieu un diagnostic sûr par rapport à la colonne vertébrale. Aucune posture ne doit être prescrite et effectuée à la légère, à cause de la douleur que le pratiquant peut ressentir ou bien réveiller, du fait de la mobilisation de la structure toute entière de la colonne (exemple : asymétrie due à l’axe dévié).

 

Je préconise un programme progressif : assouplissement du bassin, renforcement de la musculature du bas du dos d’abord, ensuite de la colonne toute entière. Je travaille la symétrie dans un corps asymétrique en compensant avec les bras et ou les jambes. J’utilise également la visualisation avec le yoga nidra. Le yoga nidra est l'équivalent du "sommeil lucide". Se basant sur des exercices de respiration et de visualisation, il induit un état de relaxation profond qui améliore aussi le sommeil.

 

Dans mes cours, j’ai quelques cas de scoliose. Mes objectifs visent à mobiliser la colonne en douceur, à maintenir l’élasticité des disques vertébraux et à renforcer la puissance des muscles et des ligaments soutenant les vertèbres. Je travaille sur le soulagement des tensions dorsale en déliant le bassin pour l’assouplir, pour l'ouvrir en renforçant les muscles du bas du dos, en améliorant la souplesse de la colonne toute entière et son alignement.

En général, toutes les postures peuvent être effectuées, en faisant toutefois attention à l'amplitude des étirements qui peuvent aussi étirer fortement la région de transition des mouvements latéraux de rotation (CD/CL) et la rendre instable.

Je me réfère aussi à d’autres auteurs spécialistes du Yoga thérapeutique comme Pierre Jacquemart & Saida Elkefi, ou encore Christine Campagnac-Morette. On retrouve dans les postures conseillées les torsions couchées au niveau de l’estomac, la flexion et l’extension des jambes sur le bassin, le bâton, le triangle debout et le triangle debout en torsion, la tête de vache, le chien tête en bas et en haut, le diamant, la tortue et le demi-pont. Je travaille impérativement avec des supports, selon l’enseignement de mon professeur de yoga Jean Lechim (voir aussi ma bio). Je fais très attention à proposer des variantes pour certaines postures inversées que j'estime parfois contre-indiquées. Par exemple, au lieu de la pose sur la tête (Sirsasana) ou de la chandelle avec ses variantes (Sarvangasana et Viparita-Karani), je propose la posture du rocher ou d’échauffement de la nuque. Pour le reste, je propose des postures symétriques modifiées pour ne pas aggraver la déviation vertébrale, comme la montagne (Tadasana), la pince debout (Uttanasana), l’ouverture des jambes en alternance (pavanamuktasana), ou le crocodile (Makarasana).